CONTACTLIENSFONTDOUCEBILLETS D'HUMEUR
Accueil
 
Tous les mots
Un des mots
Phrase exact  

DERNIERES PARUTIONSCONFERENCESPRODUCTIONSOUVRAGES PERSONNELS OUVRAGES DIRIGES OUVRAGES COLLECTIFS REVUES COORDONNEES ARTICLES PUBLIES COLLOQUES COMMUNICATIONS PUBLIEES MISSIONS D'ETUDE JURYS VIDEOS et CD CURSUS et TRAVAUXPARCOURS DE VIE
L'immaturité de la vie adulte
 Que s'est-il donc passé dans les mutations de la vie adulte depuis les années 1960 ? On magnifiait alors l'adulte en termes de développement de la personne, d'entrée dans la vie et d'inachèvement humain. Un tiers de siècle plus tard nous nous retrouvons face à un individu incertain parfois requalifié d'individu en friche. Dans une culture de transition à la recherche de nouveaux repères, la vie adulte a perdu ses visées maturationnelles pour devenir l'âge problématique des défis à affronter : ceux liés à l'avènement d'une civilisation de l'immatériel, ceux d'une crise de l'action instrumentale, ceux aussi de temporalités malmenées et en voie de recomposition.
Aussi, à l'instar des autres âges de la vie, celle de l'adulte s'identifie-t-elle désormais à une période existentielle faite de grandes perplexités génératrices de formes d'immaturité. Celles-ci se manifestent entre autres dans des crises transitionnelles, un mal de reconnaissance identitaire, des situations limites à vivre, une expérience à régulièrement recycler, la tyrannie d'une multitude de décisions à prendre. A travers ces différentes épreuves se révèle une figure plurielle de l'immaturité en même temps que s'impose une déconstruction du concept de vie adulte comme catégorie d'âge homogène.
Cette catégorie ne relève plus de la banale normalité mais d'un traitement que l'actualité rend de plus en plus capricieux. C'est ce traitement qui est ici identifié et situé face à un possible escamotage de la vie adulte : un tel escamotage réduirait le cycle de vie à une dichotomie paradoxale, d'une part une jeunesse adolescentrique qui se prolongerait indéfiniment, d'autre part un « vieillissement » de plus en plus précoce qui ferait de notre société une société gérontocratique. La vie adulte en serait alors réduite à n'être qu'un passage plus ou moins flou, plus ou moins rapide, entre deux formes d'existence.

Jean-Pierre Boutinet est professeur à l'UCO d'Angers, Institut de psychologie et sciences sociales appliquées et directeur de l'Institut de recherche fondamentale et appliquée d'Angers. II est par ailleurs professeur associé à l'Université de Sherbrooke (Canada).














- PLAN DU SITE - MENTIONS LEGALES - ACCES PRIVE -